Cheylard l’Évêque

 
 

Le pays autour du Refuge du Moure (Lozère)

 
Au nord de la forêt de Mercoire, Cheylard l’Evêque, village de 62 habitants, à une altitude de 1130 m, tient son nom de l’occitan « chaillou » dérivé du gaulois « cal » qui signifie « rocher pour le guet ». On y rattacha le mot « évêque » parce qu’un évêque de Mende, Guillaume VI acheta le Cheylard au seigneur de Randon en 1321.

Cheylard et la forêt sont indissociables, c’est grâce à celle-ci que le village s’est développé. Il resta sur le promontoire jusqu’au XIXe siècle, puis il s’installa au pied du rocher et devint une commune en 1888.

En haut du rocher, une dédiée à Notre-Dame de toutes les Grâces offre une vue magnifique sur le village et la forêt. L’ paroissiale est à signaler car son clocher provient de l’Abbaye des Dames de Mercoire et date du XIIe siècle.

Il est fréquent de rencontrer des randonneurs avec un âne. C’est normal. Au cours de son périple entre le Monastier en Haute-Loire et Saint Jean du Gard en 1878, le jeune écrivain écossais Robert-Louis Stevenson fit étape avec son ânesse Modestine à Cheylard.
 

Photos de Cheylard l'Évêque

Photos de Cheylard l'Évêque

Publications relatives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*